Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 10:32

2015598759_small_1.jpg

Le parcours PMA en parler ou ne pas en parler? A l'époque je me suis posée la question et maintenant que mon parcours PMA est en pause je peux vous donner mes impressions...

 

Dès les premièrs résutats d'examens et quand on a compris que bébé-couette serait difficile (voir impossible) à obtenir nous avons décidé avec zhom de parler de notre galère, de notre fardeau, de notre parcours  PMA...

 

Parce qu'on en avait assez des questions "et vous c'est pour quand?", "Zag, t'es sure que je te sers un verre d'alcool?", "vous n'avez pas une annonce à nous faire?" et j'en passe...

Cette attente de nos proches était pesante, on en souffrait parce qu'on rêvait de leurs faire une annonce de grossesse mais qu'avec la PMA on savait que ça allait prendre du temps...

 

On a donc annoncé à nos parents respectifs, à nos frères et soeurs et même à nos amis proches qu'on avait passé des examens, qu'un bébé naturellement ne sera pas possible pour nous, qu'on allait se faire aider par la Médecine avec des traitements et qu'on préfèrerait qu'ils évitent à présent les réflexions sur les bébés parce qu'on en souffrait déjà assez...

On leur a juste demander leur discrétion et qu'on les tiendrait au courant de nos démarches suivant ce qu'ils avaient besoin de savoir...

 

Bon inutile de vous dire qu'à chaque annonce ça a foutu un blanc!

Mais les choses étaient dites et nous n'avons plus eu aucune réflexion à la c*n!

A notre grande surprise certains amis se sont avérés d'un grand soutien et interéssés par nos démarches en nous demandant de temps en temps où on en était, qu'il nous souhaitais bonne chance etc.

Bien sur on ne racontait que ce qu'on avait envie sans rentrer dans des détails trop intimes...

D'autres par pudeur ne nous demandait plus rien et attendais qu'on en parle, si on avait envie d'en parler...

Mes parents ont été d'un grand optimiste avec pleins de petits mots gentils, j'ai même été au travail de ma mère pour voir une infirmière (pour apprendre à zhom à me piquer correctement)

Du coup le boulot de ma mère demandait aussi des nouvelles à ma mère...

Les parents de zhom n'ont pas très bien réagi son papa nous a dit "OOHHH ben peu importe comment vous faite un gosse c'est votre problème, ça vous regarde!"

ça m'a profondément blessé...cette phrase résonne encore dans ma tête...

Sa mère d'un naturel anxieux, posait des questions pour en savoir plus du genre "mais de qui vient le problème?" en gros elle voulait mettre la faute sur l'un d'entre nous et surtout sur moi car elle n'acceptait pas que le problème puisse venir de son fils...J'ai donc essayé de rester dans le flou en partageant la "faute" sur nous deux même si ce n'était pas vraiment vrai...

Et puis au fur et à mesure les langues se sont déliées, les couples qui semblaient sur d'eux nous ont avoué leurs blessures:

- Une bonne amie qui était enceinte à l'époque m'a avoué que sa grossesse relevait du miracle car elle avait une malformation à l'utérus avec une ovulation tous les 2 mois et que son gynéco lui avait dit qu'il serait très compliqué pour elle d'être enceinte

- D'autres nous ont avoué qu'ils avaient fait une première FIV et qu'ils venaient de perdre des jumeaux de 2 mois de grossesse

- Une collègue de boulot de ma mère lui a dit que sa fille aussi essayait une FIV et a apprécié de pouvoir en parler avec ma mère

 

Bref, avouer son parcours c'est se mettre à nu, accepter le regard des autres mais je sais que pour nous ça a été une libération, un soulagement...

Je n'ai pas une miette honte de notre parcours pour moi c'est un parcours d'Amour pour avoir un enfant...c'est une méga preuve d'Amour que de passer par là pour avoir un enfant!

Certaines diront que je me suis mise une "étiquette" mais j'en ai rien à faire de ce que peuvent penser les mal-disants...peut-être a-t-on cancanner sur notre dos mais je m'en fou...

Je sais aujourd'hui que l'infertilité peut toucher tout le monde sans distinction...

Je suis fière que des amis viennent me demander des renseignements sur la FIV parce qu'ils ont une connaissance qui y est en plein dedans et qu'ils se posent des questions, ce n'est vraiment pas tabou!

 

Notre récompense d'avoir livré une partie de notre intimité ce sont les larmes qui ont coulé chez nos amis et nos proches quand on leur a annoncé que j'étais enceinte d'Axel

Tous savaient ce qu'on avait endurer pour en arriver là...

Et les larmes de mes proches quand je leur ai annoncé récemment que j'étais enceinte d'un petit miracle

Et les questions jointes aux larmes "Mais comment ça? Tout seul? Sans traitement?"

Et notre fierté mélangée à nos larmes "Ben oui, tout seul!!!" 

 

Je n'ai pas pour but de donner de leçon à quiquonque, je vous fait juste part de mon témoignage propre à mon histoire

En parler ou pas c'est la décision de tout un chacun et chaque histoire est différente!

Juste pour dire que pour nous, en parler, nous a permis de trouver du soutien et de nous soulager un peu de ce poid...il suffit d'en parler aux bonnes personnes...

Published by Zag
commenter cet article

commentaires

stab 27/06/2011 04:55


pour ma part, je ne souhaitais pas en parler au départ, de ce parcours ...

puis lorsque je me suis décidée, cela m'a fait bcp de bien (il parait que ca s'appelle "l'acceptation" ...mouais)

et maintenant que j'ai un petit bout, je le dis encore plus (peur de blesser une PMIste non avouée, en "étalant mon bonheur, alors du coup, je précise qu'on est passés par la ...)


Zag 27/06/2011 18:36



Moi aussi j'en parle souvent, encore ce week-end on avait des amis mariés depuis 2005, sans enfant avec fausse-couche en 2008 donc j'ai placé dans la conversation qu'on était passé par la case
PMA et eux nous on parlait de leurs soucis...ça leur a fait du bien de parler PMA avec des "connaisseurs" (si on peut dire ça) Je ne leur ai pas parlé de ma deuxième grossesse faut pas
abusé...Eux n'ont toujours pas d'enfant donc j'ai pas osé en parler, et puis c'est encore tôt! Bisous!



Meliemelo79 20/06/2011 22:51


Nous avons fait le même choix et ne le regrettons vraiment pas. C'est notre histoire, ça fait parti de nous. Même aujourd'hui, j'ai du mal à ne pas dire que c'est un bébé fiv, comme si ça faisait
un peu de notre identité.


Zag 22/06/2011 11:15



Moi aussi Axel est un peu come un porte-drapeau, la réussite d'un combat et je suis si fière qu'il soit parmis nous!!! Finalement au vue des commentaires on dirait que beaucoup en parle de la
PMA! Bizzz



marlysa 20/06/2011 13:59


Merci pour ce beau témoignage... nous aussi on en a parlé à nos proches et à qq amis. Certains sont soutenants d'autres se tiennent à distance...
Je trouve ça formidable cette 2eme grossesse naturelle qui vous arrive. bises


Zag 22/06/2011 11:13



Ben je n'en reviens toujours pas de cette 2ème grossesse...je me pince des fois pour être sure que je ne rêve pas...Bizzz



rose 16/06/2011 23:28


C'est intéressant que tu poses la question. Au début je voulais pas parler de la PMA car c'était un sujet trop sensible. J'étais trop dans l'affect. J'ai chargé mon homme de faire notre PMA coming
out. Et maintenant ça va mieux.
J'assume, j'en parle quand on me pose la question.
Et j'avait justement préparé un article à paraitre à ce sujet ce weekend, concernant une conversation que j'ai eu.
Moi ce que j'aime dans le fait d'en parler, c'est de faire connaitre la PMA aux gens qui veulent VRAIMENT savoir comment ça se passes, aux gens qui compatissent sincèrement. J'aime faire un travail
de pédagogie conernant la PMA.
Quelques fois on a des remarques bizarres, des gens qui patogent complètement ou qui demande tout le temps quand est ce qu'on fait "l'implantation". En général ça m'énerve. L'implantation ça les
soucie, alors que c'est la ponction la plus difficile à vivre et les piqures.Mais ça, ils s'en foutent. Il y a des gens à qui j'ai pas envie de réexpliquer sans cesse la meme chose, comme ils
comprennent rien, ils posent tout le temps les memes questions et ça m'énerve. Ils se disent pas qu'on a peut être pas envie que tout le monde sache qu'on s'est fait implanter un embryon a tel
jour, telle heure, telle minute, ....
Bon je m'arrête là, Parce que plus j'en parle, et plus ça m'énerve. Et au fur et à mesure que la FIV va s'approcher y'aura des trucs de ce genre qui vont m'enerver!
Gros bisous


Zag 22/06/2011 11:12



Moi aussi ça m'énerve... je suis tout a fait d'accord avec toi sur le fait de faire connaitre la PMA, des personnes qui connaissent notre parcours ont pris conscience que tomber enceinte n'est
pas chose évidente pour tout le monde car eux ne connaissait que les grincements du lit ;-))) Bizzz Merci pour ton témoignage!



catseyes 16/06/2011 18:01


Moi j'ai eu honte de "mon" infertilité (oui je pensais,à tort, être LA cause alors que je savais qu'on était "inexpliqué" mais je ramenais tout ça à moi) pdt 2ans...ça me faisait chialer de rage,
de douleur...pis un jour monchat, qui n'en pouvait plus de garder ça pour lui, m'a convaincu de commencer à en parler à nos proches...et finalement oui, ça m'a fait du bien. Petit à petit, familles
et amis ont été mis au courant. Fini les questions à la con et qui font mal...La plupart du temps, les gens étaient assez sensibles...(bon des cons on en croise encore un peu...faut pas se
leurrer)
Aujourd'hui, je n'hésite pas non plus à parler de ce parcours. Je n'en ai pas honte. C'est fini. C'est MON histoire, mon combat, je l'assume. Au contraire, je trouve qu'il nous a fallu une vraie
force de couple et bcp d'amour pour affronter tout ça. Et puis, oui, parfois les langues se délient et on trouve des personnes qui avaient aussi besoin d'en parler. Et quand enfin, ça a été notre
tour..y'a eu des réactions super touchantes de personnes pas forcément proches, des petits mots, des regards, des larmes, du bonheur encore plus fort que pour une grossesse "facile"...


Zag 16/06/2011 18:37



Je suis complètement d'accord avec toi, en te lisant j'ai l'impression de me lire! Merci pour ton témoignage peut-être qu'il aidera des filles qui me lisent dans l'ombre... Bizzz Zag.



Qui Suis-Je?

  • : Une maman désorganisée et ses trois garçons
  • Une maman désorganisée et ses trois garçons
  • : Maman de 33 ans et 3 enfants. Anecdotes, bouts de vie et désorganisation avec trois garçons.
  • Contact

Catégories